bessie coleman, première pilote afro-américaine
25-07-2021

Bessie Coleman : la première femme afro-américaine pilote.

4 minutes de lecture

I) Enfance de Bessie Coleman

Elizabeth "Bessie" Coleman est née le 26 janvier 1892 à Atlanta, au Texas. Elle étaitl'undes 13 enfants nésde George et Susan Coleman, deux éleveursamérindienset afro-américainsqui travaillaientdans les champs de coton.

À l'âge de six ans, Coleman elle a étudié à l'école à Waxahachie, au Texas, dans une école à classe unique, mais également où était présent du racisme et où elle a pu faire face à de la ségrégation. À l'âge de 12 ans, Bessie a été admise à laBaptistMissionaryChurchSchoolgrâce à une bourse d'étude. Désireuse de poursuivre ses études, elle travaille et économise de l'argent. Quand elle eu dix-huit ans, elle a pris ses économies et s'est inscrite à l'Université agricole et normale de couleur de l'Oklahoma à Langston, Oklahoma (aujourd'hui appelée Université de Langston). Elle a terminé un trimestre avant d'épuiser ses fonds et est rentrée chez elle au Texas.

II) Les débuts de Bessie Coleman dans l’aviation

A- Un début difficile pour l'aviatrice

En 1915, à l'âge de 23 ans, Bessie déménage à Chicago pour rejoindre et vivre avec son frère aîné. Elle devient esthéticienne et travaille en manucure dans un salon de coiffure du sud de la ville où elle rencontrât Robert Abbott, l'éditeur du Chicago Defender et écouta les histoires de vol des pilotes qui rentraient aux États-Unis après la fin de la Première Guerre mondiale.Et c'est à ce moment qu'elle débuta une grande admiration pour le monde de l’aéronautique et eu ainsi l’ambition de voler et de piloter un avion.

Lunette aviateur Ronde et dorée

Elle prit un deuxième emploi pour économiser rapidement de l'argent afin qu'elle puisse  poursuivre son rêve de devenir pilote, mais à cette époque, les écoles de pilotage américaines n'acceptaient ni les Noirs ni les femmes pour suivre une formation au pilotage aux États-Unis. Robert Abbott encouragea Bessie à étudier le pilotage à l'étranger et, plus tard, elle reçut le soutien financier d'un banquier, Jesse Binga, et du Chicago Defender.

B- Une ambitieuse future pilote

Un jour, le frère de Bessie, John, qui avait servi en France pendant la guerre, a déclaré : "Je sais quelque chose que les femmes françaises font et que vous ne ferez jamais... voler ! » Cette réflexion a donné l'ambition et l'envie à Coleman de se rendre en France dans le but d'effectuer sa formation de pilotequ'elle espérait tant étudier. Après avoir appris la langue française toute seule, le 15 juin 1921, elle a obtenu son diplôme de la Fédération Aéronautique Internationaletant attendu, devenant ainsi la première femme afro-américaine à obtenir une licence de pilote.

III) La carrière exceptionnelle de Bessie Coleman

A- Une aviatrice et une carrière fulgurante

En septembre 1922, elle rentre aux États-Unis dans le but ultime de créer une école de pilotage pour les Afro-Américains afin de leur permettre à tous d’étudier le métier de pilote. Bessie fait sa première apparition à un spectacle aérien américain en l'honneur des vétérans du 369e régiment d'infanterie de la Première Guerre mondiale, entièrement composé de personnes de couleur noire, celui-ci eu lieu à Curtiss Field dans l'état de Long Island et fut sponsorisé par Robert Abbott et The Defender, le spectacle aérien a présenté Coleman comme "la plus grande femme Pilote d’avion du monde".

Montre-style-aviateur

Des semaines plus tard, Bessie retourne à Chicago et travaille pendant plusieurs années comme pilote de "barnstorming», pilote de voltige, effectuant de fascinantes démonstrations de voltige, notamment des loopings, des figures en huit et des chutes près du sol. Connu pour ses manœuvres audacieuses, Coleman était surnommé "Queen Bess" et "Brave Bessie". Tout au long de sa carrière, elle ne se produisait dans les expositions aériennes que si la foule était déségrégée et autorisée à entrer par les mêmes portes.

 

B- La fin de sa carrière

En économisant son argent et en approchant son ambition d'ouvrir une école de vol pour les Afro-américiains aux États-Unis, Bessie Coleman est tragiquement tuée le 30 avril 1926 lors d'une répétition pour un spectacle aérien, lorsque l'avion dans lequel elle pilotait est soudainement entré en piqué puis en vrille, un énorme crash aérien jetant ensuite Coleman de l'avion à 2 000 mètres. Lors de l'inspection de l'avion, il a été découvert plus tard qu'une clé utilisée pour l'entretien du moteur avait bloqué les commandes de l'avion. Bessie avait 34 ans.

Malgré cet incident tragique, l'héritage de vol de Colemanet son histoire inspirante perdure car en effet, grâce à son courage, sa ténacité et ses grandes ambitions, Bessie Coleman a inspiré des générations d'aviateurs afro-américains, hommes et femmes, dont les Tuskegee Airmen et l'astronaute de la NASA, le Dr Mae Jemison, qui a emporté avec elle, afin de lui rendre hommage, la photo de Bessie Coleman lors de sa première mission dans la navette spatiale lorsqu'elle est devenue la première femme afro-américaine dans l'espace à bord de la navette Endeavor en septembre 1992.

Ainsi, Bessie Coleman (26 janvier 1892 - 30 avril 1926) a été l'une des premières aviatrices civiles américaines. Elle a été la première femme de couleur afro-américaine, et aussi la première amérindienne, à obtenir une licence de pilote. Elle a obtenu sa licence de pilote à la Fédération Aéronautique Internationale le 15 juin 1921 en France et a été la première personne noire à obtenir une licence de pilote internationale. Elle eut une carrière de pilote exemplaire. 

veste aviateur femme


La newsletter du pilote !