L'avion : Acteur massif de Pollution ? Vous pouvez changer ça.

décembre 27, 2019

L'avion : Acteur massif de Pollution ? Vous pouvez changer ça.

"Pire que ce que l'on attendait" : Les émissions du transport aérien dépassent largement les prévisions

avion et pollution


Les conclusions mettent la pression sur les régulateurs des compagnies aériennes pour qu'ils prennent des mesures plus fermes pour lutter contre le changement climatique alors qu'ils préparent un sommet la semaine prochaine.

Les émissions de gaz à effet de serre provenant des voyages aériens commerciaux augmentent plus rapidement que prévu dans les projections précédentes, déjà désastreuses, selon de nouvelles recherches - ce qui met la pression sur les régulateurs des compagnies aériennes pour qu'ils prennent des mesures plus fermes alors qu'ils préparent un sommet la semaine prochaine.

L'organisme des Nations Unies chargé de l'aviation prévoit que les émissions de dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre important, atteindront un peu plus de 900 millions de tonnes métriques en 2018, puis tripleront d'ici 2050.

Cependant, les nouvelles données du Conseil International des Transports propres révèlent que l'impact environnemental du aux avions est susceptible d'augmenter 1.5  fois plus vite que les prévisions attendues.

Si les compagnies aériennes tentent d'etre de plus en plus économe au niveau des carburants (avions plus légers, et alimentation des avions en biocarburant, "nous constatons que la demande amplifie l'impact écologique ", a déclaré Brandon Graver. "Le défi climatique pour l'aviation est pire que ce à quoi on s'attendait."


Dans l'ensemble, les voyages en avion représentent environ 2,5 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone - une part beaucoup plus faible que celle des émissions des voitures particulières ou des centrales électriques. Néanmoins, une étude a montré que la croissance rapide des émissions des avions pourrait signifier que d'ici 2050, l'aviation pourrait absorber un quart du " budget carbone " mondial, c'est-à-dire la quantité d'émissions de dioxyde de carbone autorisée pour maintenir l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius près par rapport aux niveaux préindustriels.

La décision de Greta Thunberg, une jeune militante pour le climat, de traverser l'Atlantique à la voile plutôt que de prendre l'avion avant son discours aux Nations Unies la semaine prochaine, a recentré l'attention sur le rôle de l'aviation dans les changements climatiques et leurs conséquences, notamment l'élévation du niveau de la mer et l'intensification des vagues de chaleur, des ouragans, des inondations et des sécheresses.

Voler contribue à la pollution globale qui détériore la planète

empreinte carbone avion

 


Prenez un vol aller-retour entre New York et la Californie, et vous avez généré environ 20 pour cent des gaz à effet de serre que votre voiture émet sur une année entière.

Si vous êtes comme beaucoup de gens, l'avion peut représenter une grande partie de votre empreinte carbone. Dans l'ensemble, l'industrie de l'aviation représente 11 % de toutes les émissions liées au transport aux États-Unis.

Selon certaines estimations, environ 20 000 avions sont utilisés dans le monde entier, desservant trois milliards de passagers par an. D'ici 2040, plus de 50 000 avions pourraient être en service, et on s'attend à ce qu'ils volent plus souvent.

Si vous prenez l'avion, vous ajoutez à l'atmosphère une quantité importante de gaz qui réchauffent la planète - il n'y a pas d'autre solution. Mais il existe des moyens de rendre votre avion plus écologique.

 

D'abord, prenez moins l'avion.

la pollution des avionsLa façon la plus efficace de réduire votre empreinte carbone est de prendre l'avion moins souvent. Si tout le monde prenait moins de vols, les compagnies aériennes ne consommeraient pas autant de carburéacteur.


Selon la Banque mondiale, l'Américain moyen a généré environ 16,4 tonnes de dioxyde de carbone en 2013 ; selon certains calculs, un vol aller-retour de New York à San Francisco émet environ 0,9 tonne de dioxyde de carbone par personne. Pour un Américain, cela représente environ un dix-huitième de vos émissions de carbone pour l'année.

Devriez-vous plutôt conduire ? Plus la distance est longue, plus le vol devient efficace, car la croisière nécessite moins de carburant que les autres étapes du vol. Il est donc certainement préférable de voler en cross-country que de conduire en solo. Si vous faites un court voyage, il peut être préférable de conduire.

Voler sans escale peut aussi aider : Plus vous décollez, plus vous consommez de carburant. Selon un rapport de la NASA publié en 2010, environ 25 % des émissions des avions proviennent des atterrissages et des décollages. Cela inclut le roulage au sol, qui est la plus grande source d'émissions dans le cycle atterrissage-décollage.

Certaines recherches suggèrent que voler dans des températures plus chaudes est moins efficace, car l'air chaud est plus mince et rend plus difficile pour les avions d'obtenir suffisamment de portance pour décoller.

 

Si vous volez, compensez.

Lorsque vous achetez des compensations de carbone, vous payez pour retirer de l'atmosphère le dioxyde de carbone qui réchauffe la planète en échange des gaz à effet de serre que vous y avez introduits. Par exemple, vous pouvez mettre de l'argent pour replanter des arbres, qui absorbent le dioxyde de carbone de l'atmosphère.

Vous pouvez acheter des compensations par l'intermédiaire de certaines compagnies aériennes - Delta, United et JetBlue, entre autres. Mais elles ne facilitent pas nécessairement le processus de réservation ; certaines compagnies aériennes n'offrent des compensations que sur des pages distinctes consacrées à la durabilité. Vous pouvez également acheter des crédits compensatoires auprès d'autres organisations.

Pour compenser l'empreinte carbone de près de 0,9 tonne métrique d'un seul passager voyageant sur United de New York à San Francisco en juillet et retour, Sustainable Travel International, qui gère le programme de compensation de United, offre deux choix : Faire un don de 8,95 $ à un parc éolien au Texas ou faire un don de 10,75 $ à un programme de conservation des forêts au Pérou.


Les journées extrêmement chaudes devraient être beaucoup plus fréquentes au cours des prochaines décennies, ce qui pourrait perturber notre vie quotidienne.

Il y a un débat sur la meilleure façon de compenser - où et quand les programmes de plantation d'arbres devraient avoir lieu pour un effet maximal, par exemple.

"Les compensations peuvent être un moyen utile de réduire votre empreinte climatique ", a déclaré Peter Miller, un scientifique du Natural Resources Defense Council. "Mais il est important de s'assurer que vous obtenez des réductions d'émissions réelles et crédibles."

Pour qu'un programme de compensation fasse vraiment ce qu'il dit, il doit répondre à plusieurs critères, notamment être vérifié par une tierce partie indépendante. Tous les programmes utilisés par les grandes compagnies aériennes sont vérifiés par ces groupes pour s'assurer qu'ils produisent les effets de réduction de carbone que les compagnies prétendent.


Volez en classe économique


Selon une étude de la Banque mondiale, les émissions associées aux vols en classe affaires sont environ trois fois plus importantes que celles associées aux vols en classe économique.

En classe affaires et en première classe, les sièges sont plus grands, ce qui fait que moins de personnes sont déplacées avec la même quantité de carburant. L'étude estime qu'un siège en première classe pourrait avoir une empreinte carbone neuf fois plus importante qu'un siège en classe économique.

Enfin, les passagers des classes économiques ont de quoi se réjouir : ils émettent une empreinte carbone plus faible.

 

Écoutez les agents à bord des avions

agent à bord des avions

Apparemment, certaines des règles concernant l' abaissement et le relèvement des stores de vos fenêtres pourraient contribuer à réduire les émissions.

Lorsque vous atterrissez à une destination chaude, les agents de bord pourraient vous demander de fermer vos stores, a déclaré Christine Boucher, directrice de la durabilité environnementale mondiale chez Delta Air Lines.

La raison ? Cela réduit la quantité de carburant utilisée pour refroidir l'avion lorsqu'il est à la porte d'embarquement, a-t-elle dit.

Cela ne fera rien pour contrecarrer toutes les émissions que l'avion a créées pendant le vol. Mais c'est un exemple de ce que les compagnies aériennes peuvent faire pour économiser du carburant quand elles le peuvent. Cela contribue à leurs résultats, mais aussi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Quel transport prendre pour diminuer la pollution ?

 Face à un tel constat, il est nécessaire de se demander quel moyen de transport est à privilégié afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

le petit graphique ci-dessous fournit quelques réponses

Pollution des moyens de transport

Petit Tips de l'équipe : 

Une fois tout ces conseils suivis, il reste encore à changer/améliorer tout nos petits gestes du quotidien pour limiter la pollution de la planète.

Cela passe par des actes de bon sens ou par ces petits rien qui à l'échelle d'un pays pourraient avoir un impact majeur.

L'utilisation des bouteilles en plastique représentent une menace (pollution des océans, dégradation des sols...) c'est pourquoi nous vous recommandons grandement de vous munir de gourde en inox   afin de dire définitivement NON aux bouteilles en plastiques. 

 

Voilà cet article est maintenant fini, nous espérons qu'il vous aura été utile et qu'il vous aura permis de réfléchir à deux fois avant de prendre l'avion n'importe comment. Nous n'avons qu'une seule planète, il est donc indispensable d'en prendre soin.